top of page
Capture d’écran, le 2023-07-05 à 12.36.36.png

Iris versicolore ou Clajeux

Iris versicolor

IMG_0125.JPG

Mes activités de cueillette sur les battures me permettent de tomber, au hasard des promenades, sur des trouvailles colorées. 

Au cours de la dernière semaine de juin, je me rendais sur les battures afin de récolter quelques pétales de fleurs d'églantier et j'y ai aperçu une belle talle couleur bleu violet. C'était de l'Iris versicolore, une plante que je remarque depuis l'enfance dans les fossés du Bas-Saint-Laurent, une fleur que je trouve particulièrement complexe par sa forme et ses couleurs. Et je découvre, en l'observant de plus près, que cette complexité est réelle. L'Iris ne se démarque pas par un parfum caractéristique, mais plutôt par ses lignes et la diversité de son nuancier de couleurs. C'est pourquoi j'ai choisi d'explorer son potentiel à l'extraction des pigments. 

Quelques informations recueillies :

Cette espèce disparaît en quasi-totalité des milieux drainés par l'agriculture.

Croissance par colonies de plusieurs centaines d'individus. 

L'Iris versicolor exploite un système de reproduction singulier, les fleurs ont une tendance à la protérandrie (dont les fleurs sont hermaphrodites). 

'' On est habitué à considérer l'Iris versicolor comme l'emblème floral de la province de Québec. En effet, la fleur stylisé de cet Iris indigène est à peu près identique à la fleur-de-lis héraldique qui est probablement la stylisation de l'Iris Pseudacorus (cf.pp.666-667). La fleur-de-lis héraldique est un Iris tandis que le lis héraldique est un Lilium. Le choix de Lilium candidum comme emblème floral de la province semble donc avoir été basé sur une méprise. ''

(Flore Laurentienne, p.668)

20230627_144306_edited.jpg

Confection de pigments naturels à partir de l'iris versicolore - fleur et fruit

IMG_0123.JPG

La cueillette

Je me suis d'abord intéressée aux fleurs. J'en ai cueillies pendant trois semaines, en les faisant sécher immédiatement après la cueillette. Après quoi, j'avais une quantité suffisante pour en faire un essai. 

Plus tard dans l'été, je revisitai l'iris versicolore qui présentait maintenant des fruits. J'en cueillis suffisamment pour en faire un test de pigments. 

_DSC8202.JPG
_DSC8843.JPG

La décoction

Ici, j'ai fait les décoctions des fruits et des fleurs séchées. 

Le fruit, après un moment dans l'eau chaude et un peu ramolli, a dû être pilé au pile-patate afin de l'éclater et de libérer son plein potentiel de pigmentation. 

À cette étape, je me concentre sur le temps et la température. L'eau ne doit pas atteindre le point d'ébullition, mais doit le frôler. Lorsque cette cible est atteinte, je dois maintenir le tout pendant 60 minutes en m'assurant que ça reste stable, ce qui n'est pas toujours évident avec le réchaud au butane.

À cette étape, la couleur du liquide n'est pas forcément celle du pigment final.

_DSC8529.JPG

Filtrer et ajouter les ingrédients actifs

 

Dans un premier temps, je passe la décoction dans des filtres afin d'en éliminer les résidus solides. Ensuite, je dois connaitre la quantité (poids) de liquide afin d'ajouter le bon pourcentage d'ingrédients actifs (alun et carbonate de sodium). Je fais des essais à différent % d'alun.  

C'est à cette étape que le pigment ira se plaquer sur les ingrédients actifs. Le tout va ensuite précipiter au fond du contenant. Ce précipité constitue le pigment à venir.

IMG_0312.JPG
_DSC8858.JPG

Laver le pigment

 

Fleur 

Le lavage du pigment se fait sur une période de quelques heures, voire quelques jours. À cette étape, je vise une eau de rinçage la plus limpide possible afin d'obtenir un pigment sans résidus. La fleur de l'iris dévoile déjà un beau vert émeraude. Cette couleur n'est pas exactement la même selon le pourcentage d'alun ajouté (7, 8 ou 10%). 

Fruit

Le lavage du fruit est plus laborieux. Le fruit a rendu la décoction gélatineuse, probablement à cause de pectine ou autre composante gélifiante. 

IMG_0332.JPG

Sécher le pigment

 

Rapidement, le pigment est étendu sur une plaque et du papier parchemin pour entrer en mode séchage. Il me faut surveiller le % d'humidité du local afin que le taux d'humidité soit sous le 50% et que la pièce reste bien aérée. L'inverse entraînerait l'apparition de moisissures. 

_DSC8387_edited.jpg

Mettre en poudre et conserver

 

Au terme de toutes ces étapes, il en résulte une petite quantité de précieux pigment. Ici, je me retrouve avec un vert émeraude et un vert pomme. Et voici la palette de la fleur de l'iris versicolore. 

Des images du pigment de fruit viendront sous peu.

_DSC8373_edited.jpg

Eau 1, eau 2, eau 3, eau 4, eau 5, eau 6 et le pigment final - 10% d'alun

_DSC8375_edited.jpg

Eau 1, eau 2, eau 3, eau 4, eau 5 et le pigment final - 8% d'alun

bottom of page